En-tête En-tête En-tête
Confédération Française de la Boucherie, Boucherie-Charcuterie, Traiteurs
Faites le déplacement à Belfast !

FAITES LE DÉPLACEMENT À BELFAST !

Vous souhaitez encourager l'équipe de France de Boucherie à l'occasion du World Butchers' Challenge qui se déroulera à Belfast (Irlande du Nord) au mois de mars ? Inscrivez-vous dès à présent au voyage organisé en téléchargeant le programme et le bulletin d'inscription. [lien...

Vous souhaitez encourager l'équipe de France de Boucherie à l'occasion du World Butchers' Challenge qui se déroulera à Belfast (Irlande du Nord) au mois de mars ?

Inscrivez-vous dès à présent au voyage organisé en téléchargeant le programme et le bulletin d'inscription.

Cliquez ici pour télécharger le programme

Cliquez ici pour télécharger le bulletin d'inscription

Tous avec les bleus !

Concours international des jeunes bouchers et championnat du monde de boucherie : la France présente !

CONCOURS INTERNATIONAL DES JEUNES BOUCHERS ET CHAMPIONNAT DU MONDE DE BOUCHERIE : LA FRANCE PRÉSENTE !

Les 27 et 28 février 2018 se tiendra le Concours international des jeunes bouchers (CIJB) qui réunira douze participants de six pays européens. Une édition exceptionnelle puisque c'est la France qui accueillera l'événement ! En effet, alors que la première partie des épreuves se déroulera à l'École...

Les 27 et 28 février 2018 se tiendra le Concours international des jeunes bouchers (CIJB) qui réunira douze participants de six pays européens. Une édition exceptionnelle puisque c'est la France qui accueillera l'événement ! En effet, alors que la première partie des épreuves se déroulera à l'École Nationale Supérieure des Métiers de la Viande (ENSMV), c'est sur le ring ovin du Salon international de l'agriculture qu'aura lieu la deuxième partie de ce prestigieux concours. Le binôme français, composé de Gabin Benoît-Faisandier, Meilleur Apprenti de France (MAF) 2017, et de Benjamin Santoro, finaliste du concours MAF 2017, travaille d'arrache-pied pour remporter le titre ! Il peut compter sur les précieux conseils des Meilleurs Ouvriers de France (MOF) qui les entraînent à l'ENSMV.

Quelques semaines plus tard, du 20 au 22 mars, c'est une nouvelle compétition qui se déroulera à Belfast à l'occasion du World Butchers' Challenge. L'équipe de France de Boucherie, composée d'une dizaine de bouchers, et son capitaine le MOF Joël Lucas défendront les couleurs de la France en terre nord irlandaise face à de redoutables participants originaires de plusieurs continents. Dotés d'une équipe senior, d'une équipe junior et d'un binôme d'apprentis, les concurrents français feront tout pour conserver l'or ! En effet, à l'occasion de sa première participation à cette compétition de haut niveau en 2016, l'équipe de France avait remporté le titre mondial sur les côtes australiennes. Elle fera tout pour renouveler l'exploit l'année prochaine !

Allez les bleus !

Opérations MADE in VIANDE et « 24h » !

OPÉRATIONS MADE IN VIANDE ET « 24H » !

Les Rencontres MADE in VIANDE, organisées par INTERBEV, reviennent pour une 4ème édition, du 31 mai au 6 juin 2018. Tous les acteurs de la filière élevage et viande sont une fois de plus invités à prendre la parole lors de cet événement incontournable, pour faire découvrir au grand public la diversité...

Les Rencontres MADE in VIANDE, organisées par INTERBEV, reviennent pour une 4ème édition, du 31 mai au 6 juin 2018. Tous les acteurs de la filière élevage et viande sont une fois de plus invités à prendre la parole lors de cet événement incontournable, pour faire découvrir au grand public la diversité des métiers de la filière, leurs pratiques et leurs savoir-faire. Pour rappel, en 2017, 625 professionnels, dont 276 boucheries et triperies artisanales, avaient ouvert leurs portes aux visiteurs, engendrant 832 retombées presse.

Ateliers, dégustations, visites… les possibilités sont nombreuses pour sensibiliser les visiteurs au rôle essentiel de nos professionnels dans le paysage agricole et alimentaire français. Et parmi les objectifs de cette 4ème édition, la collaboration avec les établissements d'enseignement a été jugée prioritaire. La sensibilisation des plus jeunes à nos métiers reste en effet un enjeu majeur pour la filière : les élèves d'aujourd'hui sont les consommateurs… et les repreneurs de demain ! En 2017, 120 rencontres avaient pu être organisées entre des professionnels et des élèves. Pour préparer la prochaine édition, des courriers ont déjà été envoyés à plus de 45 000 établissements (écoles primaires, enseignement généraliste et enseignement professionnel) partout en France, afin de les inciter à s'inscrire pour des visites.

Grande nouveauté en 2018 : l'opération « 24h chez mon artisan boucher » se déroulera durant les Rencontres MADE in VIANDE ! Les deux opérations partagent en effet depuis plusieurs années des objectifs communs : la promotion des métiers et de la viande auprès du grand public, à travers des animations festives et conviviales. Elles partageront désormais aussi les mêmes dates ! Pour les participants, cela se traduira par un kit d'animation aux couleurs des deux événements.


Vous souhaitez participer à cet événement ? Inscrivez-vous dès-à présent auprès de Mathilde Blot par mail : m.blot@boucherie-france.org, ou par téléphone : 01 40 53 47 50.

FUTURES OBLIGATIONS CONCERNANT LES LOGICIELS D'ENCAISSEMENT APPLICABLES AU 1ER JANVIER 2018

Voici un état des lieux des informations dont nous disposons à date concernant les nouvelles obligations en matière de logiciels d'encaissement. Nous les avons classées en fonction des différents cas de figure les plus fréquemment rencontrés dans notre profession : - Vous avez une balance poids-prix, dotée d'un système de mémorisation des données, que vous utilisez en tant que système d'encaissement (vous n'avez pas de caisse...

Voici un état des lieux des informations dont nous disposons à date concernant les nouvelles obligations en matière de logiciels d'encaissement. Nous les avons classées en fonction des différents cas de figure les plus fréquemment rencontrés dans notre profession :

- Vous avez une balance poids-prix, dotée d'un système de mémorisation des données, que vous utilisez en tant que système d'encaissement (vous n'avez pas de caisse enregistreuse)

* Votre balance doit satisfaire aux critères de la nouvelle réglementation (à savoir inaltérabilité, sécurisation, conservation et archivage)
* Ou vous pouvez, si vous ne souhaitez pas remplacer votre balance, investir dans l'acquisition d'une caisse enregistreuse conforme aux nouveaux critères réglementaires pour compléter votre dispositif d'encaissement. Dans ce cas, il sera nécessaire de saisir la totalité des informations présentes sur chaque ticket balance dans la caisse pour pouvoir être en adéquation avec la réglementation ;

- Vous utilisez une caisse enregistreuse dotée d'un système de mémorisation des données et vous possédez une ou plusieurs balances qui ne sont pas reliées à cette caisse

* Quelles que soient les caractéristiques de votre (vos) balance(s), seule la caisse doit nécessairement satisfaire aux nouveaux critères réglementaires. Dans ce cas également, il sera nécessaire de saisir la totalité des informations présentes sur chaque ticket balance dans la caisse pour pouvoir être en adéquation avec la réglementation ;

- Vous utilisez un système d'encaissement doté d'une caisse et d'une plusieurs balance(s) reliées entre elles

* L'ensemble du dispositif doit satisfaire aux nouveaux critères réglementaires

- Vous utilisez une balance avec système d'encaissement intégré (balance TPE)

* L'équipement doit satisfaire aux nouveaux critères réglementaires

Dans tous les cas, la première chose à faire est de vous rapprocher de votre fournisseur afin de savoir si votre matériel actuel est conforme. Si votre fournisseur ne peut vous fournir la preuve de la conformité du matériel (via un certificat délivré par organisme accrédité ou une attestation), il sera nécessaire de remplacer vos équipements. Pour cela, ne vous précipitez pas et comparez les offres de plusieurs fournisseurs. Centralvia vous propose d'ailleurs plusieurs modèles de caisses enregistreuses en fonction de vos besoins, tous satisfaisant aux critères réglementaires. N'hésitez donc pas à contacter l'équipe commerciale !

ACCESSIBILITÉ : ALERTE DÉMARCHAGES !

Vous êtes nombreux à être harcelés par des démarcheurs agressifs et menaçants. Ils veulent vous vendre : - un registre d'accessibilité, - et / ou une formation pour l'accueil des personnes handicapées. Ils cherchent à vous faire peur en évoquant le risque d'une amende de la part des services de contrôle si vous n'achetez pas leurs produits et services. Ne vous laissez pas intimider ! Le registre d'accessibilité, obligatoire depuis...

Vous êtes nombreux à être harcelés par des démarcheurs agressifs et menaçants.
Ils veulent vous vendre :

- un registre d'accessibilité,
- et / ou une formation pour l'accueil des personnes handicapées.
Ils cherchent à vous faire peur en évoquant le risque d'une amende de la part des services de contrôle si vous n'achetez pas leurs produits et services.
Ne vous laissez pas intimider !
Le registre d'accessibilité, obligatoire depuis le 30 septembre 2017, est un recueil de documents déjà en votre possession. Et la formation de votre personnel à l'accueil des personnes handicapées n'est pas obligatoire dans nos entreprises.
N'hésitez pas à contacter votre syndicat départemental en cas de doute.

Etats généraux de l'alimentation : annonces du Président de la République et rencontre avec la CFBCT

ETATS GÉNÉRAUX DE L'ALIMENTATION : ANNONCES DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE ET RENCONTRE AVEC LA CFBCT

Absent lors du lancement des états généraux de l'alimentation le 20 juillet dernier, Emmanuel Macron a tenu à être présent sur le Marché de Rungis à l'occasion du point d'étape de ce vaste chantier visant à une refonte du modèle agroalimentaire français. Après une restitution des travaux menés dans les...

Absent lors du lancement des états généraux de l'alimentation le 20 juillet dernier, Emmanuel Macron a tenu à être présent sur le Marché de Rungis à l'occasion du point d'étape de ce vaste chantier visant à une refonte du modèle agroalimentaire français.
Après une restitution des travaux menés dans les sept premiers ateliers, Emmanuel Macron est intervenu pour présenter les actions qu'il souhaite entreprendre. Une allocution bien ciblée, à quelques semaines du début des négociations commerciales, pour tenter d'enrayer la « guerre des prix ».
Le Président de la République a expliqué souhaiter que la construction des prix se fasse désormais à partir de la valeur des produits, autrement dit de l'amont vers l'aval et non plus l'inverse. Pour accompagner cet inversement de paradigme, il a précisé sa volonté de voir les producteurs se regrouper pour peser davantage dans les négociations. Emmanuel Macron a également confié aux interprofessions la responsabilité de revenir d'ici la fin de l'année avec des plans de filières dotés d'une stratégie et d'objectifs chiffrés à cinq ans. Ces plans visant, entre autres, à monter en gamme pour répondre à la demande des Français et pour se démarquer des concurrents internationaux avec lesquels il est difficile de rivaliser en créant des produits de moindre qualité. Une enveloppe de 5 milliards d'euros doit permettre l'accompagnement de ces choix filière par filière.
Le Président de la République qui a fustigé la « guerre des prix » a expliqué vouloir légiférer au premier semestre 2018, n'excluant pas que cela se fasse par ordonnances, pour encadrer les promotions et relever le seuil de revente à perte économique pour les produits alimentaires. Emmanuel Macron est par ailleurs revenu sur les polémiques autour de CETA, expliquant qu'un plan d'actions sera présenté la semaine prochaine afin de suivre les préconisations du rapport d'experts remis en septembre sur cet épineux dossier. Concernant le Mercosur, il a expliqué qu'il n'était pas favorable à ce que celui-ci soit conclu avant la fin de l'année car, s'agissant d'un mandat donné en 1999, « nos perspectives de consommation, nos réalités industrielles, nos connaissances sanitaires environnementales ont profondément changé depuis ». Le Président de la République évoquera ce sujet la semaine prochaine au Conseil européen pour ne pas se lancer dans une « fuite en avant ».
A l'issue de son discours, le Président de la République est allé à la rencontre des invités et des grossistes du MIN qui avaient exposé leurs produits. Jean-François Guihard, accompagné du président d'Interbev, Dominique Langlois, et de Jean-Raymond Dumas et Gilles Dumesnil, respectivement trésorier et secrétaire de la CFBCT, a pu échanger avec le Président de la République sur la filière bouchère, le sensibilisant notamment à l'origine des viandes.