En-tête En-tête En-tête
Confédération Française de la Boucherie, Boucherie-Charcuterie, Traiteurs


INFOS COVID-19

SUIVEZ LES DERNIERES INFORMATIONS RELATIVES AU COVID-19 SPECIFIQUES AUX BOUCHERS ET BOUCHERS-CHARCUTIERS EN CLIQUANT ICI !

Une subvention des Carsat sur les équipements de protection Covid-19

UNE SUBVENTION DES CARSAT SUR LES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION COVID-19

Pour aider les entreprises de moins de 50 salariés et les travailleurs indépendants sans salarié à prévenir la transmission du coronavirus au travail, l'Assurance Maladie – Risques professionnels propose, depuis le 18 mai 2020, la subvention « Prévention COVID ». Cette subvention s'applique...

Pour aider les entreprises de moins de 50 salariés et les travailleurs indépendants sans salarié à prévenir la transmission du coronavirus au travail, l'Assurance Maladie – Risques professionnels propose, depuis le 18 mai 2020, la subvention « Prévention COVID ».
Cette subvention s'applique aux investissements réalisés depuis le 14 mars, ou envisagés jusqu'au 31 juillet 2020, sur deux catégories de protection :
• les mesures barrières et de distanciation ;

• les mesures d'hygiène et de nettoyage.
Si une mesure barrière ou de distanciation physique est mise en place, les masques, gels hydro alcooliques et visières pourront également être financés.
Les dossiers éligibles bénéficieront d'une subvention représentant 50 % de l'investissement HT réalisé, pour un montant minimum d'investissement de 1000 € HT pour une entreprise avec salariés et de 500 € HT pour un travailleur indépendant sans salariés.
Le montant de la subvention accordée est plafonné à 5 000 € pour les deux catégories.
Les demandes d'aide peuvent être effectuées dès le 18 mai et jusqu'au 31 décembre 2020. Pour ce faire, il convient de remplir un formulaire type et de l'adresser par mail ou voie postale à votre Carsat de rattachement avec les pièces demandées (voir liste dans le document « Conditions générales »).
Ces documents nécessaires à la constitution du dossier sont disponibles :
• Auprès de vos syndicats départementaux
• Sur le site ameli.fr
Attention : En cas d'envoi par courrier, conservez une copie de votre dossier, surtout si vous adressez à votre Carsat les originaux de vos factures !

Courrier à Emmanuel Macron, Président de la République

COURRIER À EMMANUEL MACRON, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

Monsieur le Président de la République, Réunis chaque lundi lors de conférences téléphoniques, les représentants départementaux des 18 000 artisans bouchers-charcutiers du pays dressent le même constat et partagent le même sentiment d'abandon. Ils souhaitent aujourd'hui, à travers ce courrier, vous faire...

Monsieur le Président de la République,

Réunis chaque lundi lors de conférences téléphoniques, les représentants départementaux des 18 000 artisans bouchers-charcutiers du pays dressent le même constat et partagent le même sentiment d'abandon.
Ils souhaitent aujourd'hui, à travers ce courrier, vous faire part des remontées de terrain et notamment celles de leurs 42 000 salariés et 10 000 apprentis.

Comme nous vous l'écrivions le 22 avril dernier, jour de votre visite dans un supermarché du Finistère, nous nous sentons oubliés du Gouvernement.

Nous, artisans, commerçants, patrons de TPE et PME, ne cherchons ni honneurs, ni signes de reconnaissance, la satisfaction et la confiance de nos clients nous suffisent amplement.
Néanmoins, derrière presque chacun d'entre nous, il y a un salarié, un apprenti, qui se lève tôt, qui ne rechigne pas à aller au front, qui y va avec courage et le sentiment d'être utile, et qui mérite la même considération que tous les autres travailleurs de notre pays.
A seize ans, nos apprentis sont là, à nos côtés, au petit matin, pour accueillir nos clients.
Pourtant on ne parle pas d'eux.
L'inquiétude ne fait que grandir dans nos entreprises et nos CFA quant au recrutement de la rentrée prochaine.
Nos salariés, eux-aussi répondent présent. Ils sont sur le pont, au quotidien, pour nous accompagner dans notre mission au service des Français.
Pourtant, là encore, on ne parle pas d'eux.

Monsieur le Président de la République, je vous sais attaché au tissu économique de proximité, à ses artisans des centres-villes, centres-bourgs, marchés. Pourtant depuis le début de la crise, il n'y en a que pour la grande distribution.
Nos salariés et apprentis n'ont-ils pas le droit, eux-aussi, à un peu de considération, à un mot d'encouragement ?
C'est pourquoi nous vous demandons de témoigner à nos équipes, à nos milliers de salariés et apprentis, la reconnaissance qu'ils méritent.


Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président de la République, l'expression de ma très haute considération.


Le Président


Jean-François Guihard

Le plan de soutien aux entreprises de proximité est à la hauteur des enjeux

LE PLAN DE SOUTIEN AUX ENTREPRISES DE PROXIMITÉ EST À LA HAUTEUR DES ENJEUX

TRIBUNE D'ALAIN GRISET Président de l'Union des entreprises de proximité (U2P) Le plan de soutien aux entreprises de proximité est à la hauteur des enjeux Depuis le 17 mars dernier, les entreprises de proximité se débattent pour résister à la crise économique sans précédent qui a été déclenchée...

TRIBUNE D'ALAIN GRISET
Président de l'Union des entreprises de proximité (U2P)


Le plan de soutien aux entreprises de proximité
est à la hauteur des enjeux

Depuis le 17 mars dernier, les entreprises de proximité se débattent pour résister à la crise économique sans précédent qui a été déclenchée par la pandémie. Certaines ont poursuivi leur activité mais ont dû adapter leur fonctionnement aux nouveaux besoins de la population, à commencer par les professionnels libéraux de santé et les artisans et commerçants de l'alimentation. La grande majorité des autres entreprises ont été contraintes de stopper leur activité, soit pour appliquer l'exigence de fermeture administrative, soit en raison de la chute de la consommation ou encore de l'impossibilité de respecter les gestes barrières.

Conscients du péril qui menaçait l'économie, les représentants de l'U2P ont immédiatement saisi le gouvernement afin de bâtir au fil des jours un plan massif visant à aider les entreprises de proximité à résister au choc et à assurer leur pérennité. Aujourd'hui, force est de constater que la plupart des mesures sollicitées par l'U2P ont vu le jour. Mais compte tenu du fait que ces mesures sont nombreuses et continuent d'évoluer, il apparaît primordial de continuer à informer quotidiennement les chefs d'entreprise.

• Le dispositif de chômage partiel est de nature à soulager les entreprises puisqu'il conduit l'Etat à prendre en charge la masse salariale des entreprises qui ne sont plus en mesure de faire travailler leurs salariés. Il est d'ores et déjà prévu de le prolonger au-delà du 10 mai, y compris pour un recours partiel, de sorte que les entreprises pourront remettre les salariés au travail au fur et à mesure de leurs capacités et de leur rentabilité. L'U2P demande que ce dispositif soit prolongé au-delà du 2 juin. Il le sera pour les entreprises contraintes à cette date de rester fermées conformément aux déclarations de Bruno Le Maire.

• L'interruption des appels de cotisations des travailleurs indépendants et les reports de charges sociales et fiscales étaient indispensables pour éviter de fragiliser la trésorerie des entreprises au moment d'affronter l'absence de rentrées financières. Au-delà de ces reports et en application de la consigne « zéro recette, zéro dépense », l'U2P considère que le gouvernement devrait annuler purement et simplement les charges de toutes les entreprises qui ont été soumises à une fermeture administrative. Cette perspective semble ouverte pour les hôteliers-cafetiers-restaurateurs et l'U2P ne désespère pas d'obtenir satisfaction pour les autres.
?
• Directement inspiré par l'U2P, le fonds de solidarité financé par l'Etat, les régions et les assurances, permet aux entreprises les plus petites et les plus fragiles de percevoir un soutien financier pouvant aller jusqu'à 1.500 euros par mois. Constatant que beaucoup d'entreprises, pourtant fragiles, restaient à l'écart de la mesure, l'U2P a convaincu le gouvernement de rendre l'aide éligible aux entreprises justifiant une perte de chiffre d'affaires de 50% et non plus de 70%, ainsi qu'aux entreprises en redressement judiciaire ou en procédure de sauvegarde.

Le volet 2 du fonds de solidarité permet aux employeurs d'au moins un salarié de bénéficier d'un complément d'aide allant de 2000 à 5000 euros. L'U2P demandait que celui-ci soit accessible aux entreprises sans salarié, ce que vient de confirmer officiellement le ministre de l'Economie. Restera à porter l'aide à 10.000 euros pour les entreprises qui ont été soumises à une fermeture administrative comme le préconise l'U2P.

De même les entreprises de moins de 20 salariés (au lieu de 11) et affichant un chiffre d'affaires annuel de moins de 2 millions d'euros (au lieu de 1) pourraient prochainement devenir éligibles au volet 1 du fonds de solidarité mais le gouvernement n'a pas encore confirmé cette dernière évolution.

• Trop de freins ont été mis initialement par les banques à l'attribution du Prêt Garanti par l'Etat. L'U2P a dû informer le gouvernement de mauvaises pratiques bancaires telles que des demandes de caution personnelle. Aujourd'hui ce dispositif semble enfin généralisé avec un taux fixe de 0,25% garanti la première année de remboursement. S'agissant des années suivantes, de nombreux chefs d'entreprise ont craint de subir des variations importantes de taux. Aussi, les banques se sont engagées auprès du ministre de l'Economie, à pratiquer des taux « à prix coûtant ».

• A l'initiative de l'U2P et des autres organisations membres du Conseil d'administration du CPSTI, le Conseil de la protection sociale des indépendants a également été mis à contribution pour qu'une aide unique pour pette de gains pouvant aller jusqu'à 1250 euros soit accordée à ses ressortissants, artisans et commerçants. Certaines caisses de retraite des professions libérales sont également en train de mettre en place des mesures d'aides à leurs ressortissants.

• Conformément à la demande de nombreux travailleurs indépendants, l'U2P a revendiqué la possibilité de débloquer un contrat Madelin de manière anticipée dans le cadre de la pandémie, afin de mobiliser son épargne pour faire face à cette crise économique. Le ministre de l'Economie et des Finances a répondu positivement à cette requête.

Beaucoup d'autres mesures d'accompagnement s'ajoutent à ce plan de soutien (médiation du crédit, médiation des entreprises, reports de loyers et de factures d'eau, de gaz, d'électricité, l'Aide financière exceptionnelle pour les travailleurs indépendants…). Et l'U2P porte encore d'autres revendications. Ainsi, pour assurer une reprise rapide de l'activité, le gouvernement doit impérativement compenser les surcoûts liés à l'application des nouvelles pratiques de travail et à l'acquisition des équipements de protection individuelle. De même, il convient de sécuriser juridiquement les employeurs en limitant strictement les cas d'engagement de leur responsabilité quand un salarié est atteint du covid-19.
?
Mais au total, on peut constater avec satisfaction que l'intense dialogue de ses dernières semaines entre le gouvernement et les représentants de l'artisanat, du commerce de proximité et des professions libérales a porté ses fruits, et que le plan de soutien aux entreprises de proximité est à la hauteur des enjeux, même s'il n'évitera malheureusement pas une issue fatale pour un certain nombre d'entreprises.

Ce travail doit se poursuivre dans le cadre du déconfinement et devra s'accompagner très rapidement d'un plan de relance.

Alain GRISET
Président de l'U2P

CORONAVIRUS : LES PRÉCONISATIONS DU MINISTÈRE DU TRAVAIL AUX EMPLOYEURS ET SALARIÉS DES ENTREPRISES DE BOUCHERIE-CHARCUTERIE-TRAITEUR

Le ministère du Travail continue à publier, sur son site internet, des fiches pratiques de prévention sanitaire contre le coronavirus, pour certains métiers appelés à poursuivre leur activité, car qualifiés d'indispensables. Les fiches métiers sont accessibles ici. L'une des dernière...

Le ministère du Travail continue à publier, sur son site internet, des fiches pratiques de prévention sanitaire contre le coronavirus, pour certains métiers appelés à poursuivre leur activité, car qualifiés d'indispensables.
Les fiches métiers sont accessibles ici.
L'une des dernière fiches mises en ligne s'applique à nos entreprises. Elle s'intitule « Boucher charcutier traiteur : quelles précautions prendre contre le Covid-19 ? ».
Vous constaterez que les préconisations de cette fiche confirment l'ensemble des dispositions contenues dans les affichages que nous vous avons adressés dès le 17 mars 2020.

Il est indispensable et obligatoire que l'ensemble de ces instructions soient remises aux salariés et affichées dans vos locaux afin que le personnel puisse en prendre connaissance et les respecter.

Décès de Bernard Stalter, Président de CMA France

DÉCÈS DE BERNARD STALTER, PRÉSIDENT DE CMA FRANCE

C'est avec une immense tristesse que nous vous informons du décès de Bernard Stalter, président de CMA France, survenu ce lundi 13 avril des suites du Covid-19. Soigné en réanimation à Strasbourg depuis le 25 mars, son état s'était dégradé, malgré tous les efforts des soignants. Sa disparition est...

C'est avec une immense tristesse que nous vous informons du décès de Bernard Stalter, président de CMA France, survenu ce lundi 13 avril des suites du Covid-19.
Soigné en réanimation à Strasbourg depuis le 25 mars, son état s'était dégradé, malgré tous les efforts des soignants.

Sa disparition est une perte immense pour l'Artisanat.
Artisan coiffeur de métier, Bernard Stalter avait consacré une grande partie de sa vie aux autres ; à vous, à nous, à nos apprentis.
Homme de conviction et de grande valeur, c'était un fin connaisseur du tissu économique de proximité, une personnalité attachante, qui dégageait une force intérieure hors du commun.
Son charisme et son aura, autant que sa sincérité et son intelligence, faisaient de lui le meilleur porte-parole des artisans, auprès de ses interlocuteurs du monde politique, médiatique et économique.
A la tête du réseau des Chambres de métiers et de l'artisanat, il a su donner à l'Artisanat l'écoute et la respectabilité qu'il mérite, à travers le dialogue qu'il entretenait tant avec le Gouvernement qu'avec le Président de la République.
Apprenti à 14 ans, à la tête d'une trentaine de collaborateurs, il aura formé près de soixante-dix apprentis durant sa carrière.
Dans son engagement syndical et consulaire, il aura su impulser un nouvel élan à l'apprentissage, « voie royale » pour laquelle il a tant milité.

Bernard Stalter était profondément humain.
Un altruiste qui, pour reprendre sa formule, aimait « du fond du cœur », celles et ceux qu'il défendait.
Impliqué dans sa région, l'Alsace, où il a tant œuvré, il avait été élu et réélu à trois reprises à sa Chambre de métiers, prenant également la présidence de celle du Grand Est. Il siégeait par ailleurs au Conseil régional, conférant ainsi à l'Artisanat un pouvoir politique et invitait régulièrement ses confrères artisans à s'investir pour renforcer leur parole.
Bernard Stalter occupait également la présidence de sa corporation, l'Union nationale des entreprises de coiffure (UNEC).
Depuis 2016, il présidait l'Assemblée permanente des chambres de métiers et de l'artisanat (APCMA), rebaptisée CMA France, entre autres mandats.

Ami des bouchers-charcutiers, Bernard Stalter les aimait profondément, comme il aimait toutes les corporations de l'Artisanat.
Il les aimait tout autant qu'il les connaissait et les défendait.
Aux côtés de Jean-François Guihard, président de la CFBCT, il a toujours répondu présent pour porter, au plus haut niveau, les revendications des artisans bouchers-charcutiers, notamment en matière de formation.
Il a toujours su se porter disponible, honorant de sa présence de nombreuses assemblées confédérales et événements organisés par la Confédération.
Soutien de poids de la CFBCT dans la réforme de l'apprentissage et de la formation, il avait milité aux côtés de la Boucherie Artisanale pour la création d'un opérateur de compétences dédié aux entreprises de proximité.

Le président Guihard, au nom des 18 000 artisans bouchers-charcutiers de France, présente ses sincères condoléances à sa famille, à sa femme Agnès, ainsi qu'à son fils Benjamin et sa belle-fille Charlotte.
Il les assure de toute la sympathie du Métier dans cette terrible épreuve.

Au-delà des combats et des projets menés ensemble, le président Guihard avait noué une véritable relation avec Bernard Stalter ; plus qu'un allié, c'était tout simplement devenu un ami. Un grand ami, un immense ami qui nous manquera à tous.

COVID19 - Outils de communication mis à disposition par le Gouvernement

COVID19 - OUTILS DE COMMUNICATION MIS À DISPOSITION PAR LE GOUVERNEMENT

En complément des affichages que nous vous avons déjà transmis pour informer les salariés et les clients de nos boutiques sur les mesures de sécurité à respecter le temps de cette crise inédite, nous vous adressons aujourd'hui : • [lien url="/documents/coronavirus_affichesantepublique2.pdf"]Une affiche...

En complément des affichages que nous vous avons déjà transmis pour informer les salariés et les clients de nos boutiques sur les mesures de sécurité à respecter le temps de cette crise inédite, nous vous adressons aujourd'hui :

Une affiche sur les gestes barrières.
Une affiche sur les distances à respecter.
Ces outils ont été élaborés par le Gouvernement, qui souhaite une diffusion la plus large possible de ces messages de prévention.

Voici, par ailleurs, le lien vers la page d'information mise en place par le Gouvernement : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus
Elle est mise à jour quotidiennement et comporte de nombreuses réponses aux questions les plus posées.

Merci encore pour votre mobilisation en cette période compliquée.

ARTISANS BOUCHERS : HÉROS OU SACRIFIÉS ?

ARTISANS BOUCHERS : HÉROS OU SACRIFIÉS ?

Éditorial de Jean-François Guihard dans La Boucherie Française, avril 2020 Chers confrères, C'est avec beaucoup de solennité que je vous écris. Mes premières pensées vont vers celles et ceux d'entre vous qui sont confrontés à la maladie ou à celle d'un parent, d'un ami, d'un salarié. Vous, qui...

Éditorial de Jean-François Guihard
dans La Boucherie Française, avril 2020

Chers confrères,

C'est avec beaucoup de solennité que je vous écris.

Mes premières pensées vont vers celles et ceux d'entre vous qui sont confrontés à la maladie ou à celle d'un parent, d'un ami, d'un salarié.
Vous, qui traversez une épreuve douloureuse,
pouvez être assurés du soutien absolu et indéfectible de l'ensemble du Métier. Sachez pouvoir compter sur la solidarité, l'entraide et l'amitié sincère de la grande famille des Bouchers.
La crise sanitaire que nous traversons est historique et « rien ne sera désormais jamais plus comme avant ».
Comme à chaque instant décisif de notre Histoire,
des héros jaillissent.
Des héros anonymes, silencieux, généreux. Des
héros lumineux.
L'Histoire retiendra les visages sans noms de nos
valeureux personnels soignants, qui, sans relâche,
jour et nuit, sauvent des vies et maintiennent
l'espoir d'un jour meilleur.
Elle retiendra également les visages de ceux qui
permettent aux Françaises et aux Français de
continuer de se nourrir, chez eux, seuls ou en
famille, en sécurité.
Vous en êtes.
Vous, Bouchers-charcutiers.
Que vous soyez artisans, salariés, conjoints,
apprentis, vous êtes, vous aussi, des héros.
Je tiens à vous témoigner, à toutes et à tous, ma
profonde admiration et mon amitié la plus sincère.
Je sais que vous êtes particulièrement mis à rude
épreuve. Je sais aussi que certains rencontrent de
grandes difficultés. Ne lâchez rien et sachez que
votre Confédération, ses élus et son personnel
administratif sont totalement mobilisés pour vous
accompagner et vous défendre. Nous sommes là,
avec vous, et ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour vous aider.
Notre solide Confédération, riche de son réseau
territorial, de ses syndicats départementaux et
fédérations régionales, vous accompagne dans la
mise en place de bonnes pratiques au sein de vos
entreprises pour faire respecter les gestes barrières.
Elle vous guide et vous appuie dans l'ensemble de
vos démarches, c'est pourquoi j'ai souhaité que
vous puissiez trouver dans ce numéro, des réponses à vos nombreuses interrogations (chômage partiel, reports des cotisations…).
L'actualité des derniers jours me pousse également à adresser un message fort au Gouvernement, au nom des 80 000 Bouchers-charcutiers, artisans et salariés, mobilisés au service de la Nation.
Un message de colère.
Durant cette crise, nous, artisans, commerçants de
proximité et nos salariés, sommes en première ligne face à l'épidémie.
Je souhaite ensuite rappeler que nous, artisans
Bouchers, sommes au cœur d'un acte fondamental, essentiel à la vie, et qui a trop longtemps été
délaissé, voire oublié : celui de s'alimenter.
Et pourtant, alors que nous traversons une crise sans précédent, dans laquelle l'ensemble des forces vives de l'Artisanat sont mobilisées, le Gouvernement
semble avoir fait le choix de sacrifier nos entreprises de proximité au profit de la Grande Distribution.
En nous oubliant et en faisant unilatéralement
le choix des grandes enseignes, seule forme
de distribution qui semble exister à ses yeux, le
Gouvernement bafoue, je pèse mes mots, des
milliers de femmes et d'hommes qui ont tout mis
en œuvre pour sécuriser la venue des Françaises et des Français dans leurs entreprises.
Les récentes déclarations de plusieurs membres du Gouvernement, notamment celles du ministre de
l'Agriculture et de l'Alimentation sur l'antenne de
RMC, sont un immense affront à nos professionnels, à leur savoir-faire, à leur mobilisation sans précédent, et à leur rôle au service du pays.
Pas un mot pour nos artisans, pas un mot pour nos salariés.
En revanche, notre cher ministre ne tarit pas de
louanges pour la grande distribution, je le cite :
« ce qui s'est passé dans les grandes et moyennes
surfaces est absolument remarquable. Je veux
vraiment saluer les patrons de ces grandes surfaces avec lesquels je suis en relation quotidienne. […] Je veux saluer le patriotisme alimentaire dont font preuve les grandes surfaces ».
De notre côté, pas un appel du ministre. Silence
radio.
La fermeture des marchés alimentaires de proximité, sans nous consulter, et alors que de nombreux dispositifs sécurisant la venue des consommateurs ont été mis en place par les artisans, est du même acabit.
Un hypermarché accueillant de nombreux clients,
qui touchent aux produits, qui les remettent en
rayon avant que d'autres ne les prennent, qui
parfois même viennent purement et simplement
s'y promener, est-il plus sûr qu'un marché filtrant les entrées, appliquant les gestes barrières, où seuls les artisans et commerçants ne touchent aux produits ?
Je voudrais également rappeler au Gouvernement
deux choses.
D'abord, que la France a la chance incroyable de
bénéficier d'une remarquable diversité alimentaire,
tant au niveau de sa production que de sa
distribution, et que nous n'opposons aucunement
les différents modèles qui sont complémentaires.
N'oublions pas non plus que les commerces
alimentaires de proximité, qui font la richesse et la
diversité de nos centres-villes et centres-bourgs,
en boutique et sur les marchés, sont un vecteur
incontournable en produits frais, de qualité et qui
contribuent à un bon équilibre alimentaire.
Des professionnels des « métiers de bouche »,
fidèles soutiens des agriculteurs français et de leurs filières, pas uniquement pendant la crise que nous traversons, mais bel et bien tout au long de l'année.
Ce sont eux les véritables héros du patriotisme
alimentaire.
Au plus près du domicile de chacun, notamment des personnes isolées et vulnérables qui ne possèdent pas toujours un moyen de locomotion, artisans et commerçants s'adaptent à la situation et proposent : livraisons à domicile, commandes par mail, par téléphone, sur les réseaux sociaux ou sites internet, mise en place de services de « click and collect », achats via des casiers réfrigérés, horaires adaptés…
Un service sûr et sur-mesure.
Pensez-vous sérieusement qu'une grande enseigne ira livrer, parfois à des kilomètres, une tranche de
jambon à une personne isolée ?
Chaque jour, dans l'Artisanat, de nouvelles initiatives et de nouveaux élans de solidarité fleurissent pour faciliter le quotidien de nos concitoyens et des professionnels de santé : don de plateaux repas, priorité de service…
J'appelle les maires, qui eux sont sur le terrain, qui
eux connaissent leurs marchés, leurs commerçants, à solliciter les préfets afin de rouvrir, dès que possible, ces lieux essentiels de la distribution alimentaire.
Au moment où j'écris ces lignes, des préfets se
défaussent en rejetant systématiquement les
demandes de maires, estimant que l'offre locale
est suffisante et alors que toutes les conditions de
sécurité sont réunies pour rouvrir des marchés.
J'appelle donc les préfets à prendre leurs
responsabilités et le ministre de l'Intérieur à réagir.
Avec les marchés, nos commerces alimentaires de proximité sont la solution à toutes celles et ceux qui ne peuvent pas, et surtout qui ne veulent pas, se
rendre dans les hyper et supermarchés !
Chers confrères, malgré les bâtons qu'on nous met
dans les roues – mais nous y sommes habitués –
continuons ensemble notre travail au service des
Françaises et des Français afin que cette épidémie
soit le plus rapidement possible loin derrière nous.
Continuez à prendre soin de vous, de vos proches,
de vos salariés et de vos clients. Vous aussi êtes des héros.

Bien confraternellement,
Jean-François Guihard

PRESSE - Ouest France / Coronavirus : Le Président des Bouchers-Charcutiers appelle les maires à maintenir les marchés

PRESSE - OUEST FRANCE / CORONAVIRUS : LE PRÉSIDENT DES BOUCHERS-CHARCUTIERS APPELLE LES MAIRES À MAINTENIR LES MARCHÉS

Jean-François Guihard, Président de la Confédération Française de la Boucherie, Boucherie-Charcuterie, Traiteurs (CFBCT) appelle les maires de France à s'organiser pour maintenir les marchés en toute sécurité. « On peut le faire et on doit le faire pour que nos artisans et producteurs puissent survivre...

Jean-François Guihard, Président de la Confédération Française de la Boucherie, Boucherie-Charcuterie, Traiteurs (CFBCT) appelle les maires de France à s'organiser pour maintenir les marchés en toute sécurité. « On peut le faire et on doit le faire pour que nos artisans et producteurs puissent survivre à la crise sanitaire », martèle-t-il.

« On en appelle à la responsabilité des maires. Les mairies peuvent organiser et sécuriser un marché, limiter le nombre de personnes sur site. Mais on peut réguler les flux. Certains le font dans des halles couvertes. Alors pourquoi pas sur nos marchés ? »

Jean-François Guihard, Président de la confédération française de la boucherie, boucherie-charcuterie, traiteurs (CFBCT) réagit à l'annonce du Premier ministre, ce lundi soir, au journal télévisé de TF1. Ce dernier a annoncé prendre la décision de « fermer les marchés ouverts. Il sera permis aux préfets sur avis des maires de déroger à cette règle ». Pour maintenir les marchés, les autorités locales (maires, préfets) devront accorder des dérogations à des conditions précises. Mais le principe reste la fermeture.
« Trop facile de se cacher derrière un texte »
Mais le Président de la confédération n'y voit pas de cet œil-là. « Il en va de la vitalité de nos centres-villes et de nos bourgs mais aussi de nos producteurs. J'ai échangé avec le préfet du Morbihan et avec la FNSEA. Aujourd'hui, c'est toute la filière qui est en danger. On est favorable aux mesures et les maires doivent assumer leur responsabilité. C'est trop facile de se cacher derrière un texte sans faire des efforts. Si on veut tuer les centres et envoyer tout le monde dans les supermarchés, c'est certain, c'est la bonne solution. Mais les gens sont attachés aux produits de qualité et à leurs marchés », insiste Jean-François Guihard qui souhaite que les services de l'État mettent en place une charte des bonnes pratiques pour permettre aux maires d'organiser leurs marchés.
Le Président et boucher à Malestroit, près de Ploërmel (Morbihan) est très réaliste sur la situation. « Si on ferme demain les marchés, c'est la mise en grosse difficulté des artisans et producteurs. Nous sommes là pour rendre un service à la population et c'est notre devoir de proposer des bons produits à toutes ces personnes confinées qui veulent continuer à cuisiner chez eux ».

FERMETURE DES MARCHÉS ALIMENTAIRES

L'Union des entreprises de proximité (U2P) dénonce un manque de cohérence dans la prise de décision La situation actuelle nécessite une grande solidarité et l'abandon des vaines polémiques. L'U2P a ainsi salué l'essentiel du dispositif gouvernemental de lutte contre la crise sanitaire et économique. Les mesures qui sont prises nécessitent la plus grande cohérence afin que les Français et les entreprises puissent s'y conformer le plus...

L'Union des entreprises de proximité (U2P) dénonce un manque de cohérence dans la prise de décision

La situation actuelle nécessite une grande solidarité et l'abandon des vaines polémiques. L'U2P a ainsi salué l'essentiel du dispositif gouvernemental de lutte contre la crise sanitaire et économique. Les mesures qui sont prises nécessitent la plus grande cohérence afin que les Français et les entreprises puissent s'y conformer le plus efficacement possible. De ce point de vue, l'U2P est obligée de constater que le gouvernement n'apporte pas cette garantie, en prenant des décisions peu compréhensibles et parfois contradictoires.

Ainsi, hier soir le Premier ministre a pris la mesure générale consistant à fermer les marchés couverts comme de plein vent, tout en laissant la possibilité aux préfectures de prendre des mesures dérogatoires. L'U2P conteste cette décision incohérente dans la mesure où les marchés sont une source d'approvisionnement en produits frais très importante (et notamment en milieu rural), garantissant des produits de qualité, le plus souvent issus des exploitations agricoles et maraîchères environnantes.

Plutôt que de fermer purement et simplement les marchés en sanctionnant du même coup toute une branche de l'alimentation, il convient de mobiliser les personnels des collectivités locales et/ou police de proximité afin qu'ils travaillent avec les professionnels pour assurer la sécurité sanitaire sur les marchés. De nombreux exemples dans les territoires attestent de l'efficacité d'un tel travail collectif.

En outre, la fermeture des marchés couverts type halles est totalement incompréhensible et injustifiée. Leur configuration permet en effet, comme à l'entrée de toute grande surface alimentaire, de gérer l'afflux de clients.

Cette politique du « deux poids deux mesures » suscite l'incompréhension totale des chefs d'entreprise de proximité. L'esprit de solidarité ne consiste pas à sacrifier un secteur par rapport à un autre mais à établir des règles claires et cohérentes, à en expliquer les fondements et à les imposer à tous de la même façon dans le seul but d'assurer la continuité de la chaine alimentaire dans de bonnes conditions de sécurité sanitaire.

Dans ce contexte l'U2P ne peut qu'appeler les préfets à inviter les maires à rouvrir au plus vite les marchés couverts et à travailler avec les professionnels pour assurer le maintien des marchés de plein vent.

Plus généralement l'U2P demande au gouvernement de mieux associer les représentants des professions à ses décisions, en commençant par désigner des référents par secteurs ou filières économiques.

Message de Jean-François Guihard, président de la Confédération Française de la Boucherie-Charcuterie, à l'attention de tous les artisans bouchers et leurs salariés

MESSAGE DE JEAN-FRANÇOIS GUIHARD, PRÉSIDENT DE LA CONFÉDÉRATION FRANÇAISE DE LA BOUCHERIE-CHARCUTERIE, À L'ATTENTION DE TOUS LES ARTISANS BOUCHERS ET LEURS SALARIÉS

Chers collègues, Nous espérons que vous et vos proches vous portez bien malgré ce contexte si particulier pour la vie de notre pays. Comme nous vous l'écrivions ces derniers jours, la Maison de la Boucherie est pleinement mobilisée pour vous accompagner et répondre au mieux à vos questions et à vos...

Chers collègues,

Nous espérons que vous et vos proches vous portez bien malgré ce contexte si particulier pour la vie de notre pays.
Comme nous vous l'écrivions ces derniers jours, la Maison de la Boucherie est pleinement mobilisée pour vous accompagner et répondre au mieux à vos questions et à vos besoins.
Cette mobilisation passe par un contact permanent avec les instances politiques et publiques, ainsi qu'avec nos interprofessions et organisations professionnelles.
Les professionnels des métiers de l'alimentation, et notamment les artisans bouchers-charcutiers, ont un rôle majeur à jouer dans cette crise sans précédent.
Conscients de la gravité de cet épisode de notre histoire, ils répondent présents non seulement pour nourrir la population mais ils maintiennent également le lien social avec des personnes totalement isolées, souvent âgées, qui n'ont d'autre contact avec l'extérieur que celui avec leurs artisans de centre-ville, de centre-bourg ou sur les marchés.
Pour votre formidable travail à toutes et à tous, je tenais à vous remercier sincèrement.
Ce travail que vous effectuez sans relâche est salué tant par les journalistes que par la classe politique.
A ce titre, vous trouverez ici un courrier cosigné du ministre de l'Economie et du ministre de l'Agriculture, qui s'adresse aux professionnels des filières agroalimentaires dont vous faites partie, vous et vos salariés : http://www.boucherie-france.org/documents/presse/cp_1946.pdf
Nous avons également été destinataires d'une communication du ministre de l'Intérieur sur la poursuite des activités économiques : http://www.boucherie-france.org/documents/presse/cp_1947.pdf
Continuons ensemble à afficher notre respect des règles vitales d'hygiène.
Continuons ensemble à communiquer, dans nos magasins et sur les réseaux sociaux.
Continuons ensemble à être les vecteurs du message des pouvoirs publics « sauvez des vies ».
Continuons ensemble notre travail au service des Françaises et des Français afin que cette épidémie soit le plus rapidement possible loin derrière nous.
Bien confraternellement,
Jean-François Guihard

[COVID-19]

[COVID-19]

A l'attention de notre aimable clientèle Pour protéger votre santé ainsi que la nôtre pendant toute la période d'épidémie liée au coronavirus, nous vous remercions de respecter les gestes barrières suivants : • Ne pas serrer la main ni faire la bise à notre personnel ni aux clients présents...

A l'attention de notre aimable clientèle

Pour protéger votre santé ainsi que la nôtre pendant toute la période d'épidémie liée au coronavirus, nous vous remercions de respecter les gestes barrières suivants :

• Ne pas serrer la main ni faire la bise à notre personnel ni aux clients présents dans la boutique.
• Respecter une distance d'un mètre entre vous et le client qui est devant et/ou derrière vous et entrer progressivement dans notre boutique.
• Ne pas toucher les denrées alimentaires non vendues en libre-service. Notre personnel est là pour vous servir.
• Garder une distance raisonnable par rapport aux produits exposés sans protection (vitrine ouverte…).
• Se moucher à l'aide d'un mouchoir à usage unique et éviter de le faire à l'intérieur de la boutique.

Pour notre part, soyez convaincus que nous mettons tout en œuvre pour limiter la propagation du coronavirus tout en maintenant un service le plus efficace possible.
Voici quelques exemples de bonnes pratiques d'hygiène que nous enforçons :

• Lavage et désinfection des mains du personnel encore plus fréquents.
• Nettoyage et désinfection renforcés du matériel et des surfaces.
• Manipulation des denrées alimentaires avec précaution.

NB : Pour les professionnels artisans, merci d'imprimer ce document à afficher dans votre magasin à la vue de vos clients : http://www.boucherie-france.org/documents/presse/cp_1938.pdf

URGENT : informations à diffuser à tous les professionnels

URGENT : INFORMATIONS À DIFFUSER À TOUS LES PROFESSIONNELS

Depuis l'annonce samedi soir, des mesures prises par les pouvoirs publics, les équipes de la CFBCT ont travaillé dès dimanche sur leurs impacts tant sur les activités de nos entreprises que sur celles de La Maison de la Boucherie. Vos commerces font partie de ceux dont l'ouverture est autorisée. A...

Depuis l'annonce samedi soir, des mesures prises par les pouvoirs publics, les équipes de la CFBCT ont travaillé dès dimanche sur leurs impacts tant sur les activités de nos entreprises que sur celles de La Maison de la Boucherie.

Vos commerces font partie de ceux dont l'ouverture est autorisée.

A noter toutefois :

• Ceux qui proposent de la restauration sur place doivent cesser cette activité. Mais ils peuvent par contre continuer la vente à emporter et les livraisons à domicile, en respectant un protocole garantissant le « sans contact physique » avec les clients.

• Des mesures d'hygiène sont à respecter de la part du personnel en boutique, notamment au niveau du rendu monnaie (affecter une personne dédiée à ce poste et se laver fréquemment les mains).
Le paiement par carte bancaire sans contact peut être généralisé. Une demande va être formulée auprès du gouvernement pour en alléger le coût pour les entreprises.

• Des mesures de distanciation sociale doivent être appliquées à la clientèle (évaluer le nombre maximum de personnes que peut contenir la boutique pour respecter une distance d'un mètre entre chacune, limiter les accès, faire patienter dehors et éventuellement réaliser un marquage au sol).
Dès que possible, nous mettrons à votre disposition un document pour favoriser la bonne information de votre clientèle, qui doit garder confiance en ses commerces de proximité et continuer à les fréquenter.
Le ministre de l'Agriculture a déclaré ce matin à l'Interprofession que l'urgence était de pérenniser la distribution alimentaire, dont vous êtes l'un des rouages.
Les pouvoirs publics attendent des commerces alimentaires un service à la population en la matière.
Nous souhaitons par ailleurs connaitre les difficultés auxquelles vous êtes confrontés pour les faire remonter aux ministères concernés dans l'espoir d'une prise de mesures adaptées :

• Pertes économiques pour les entreprises qui travaillent avec des écoles ou restaurants, qui ont maintenant fermé.

• Difficultés d'approvisionnement de votre commerce.
Cette note sera actualisée demain dans la journée en fonction des dispositions nouvelles prises par les pouvoirs publics et annoncées ce soir par le Président de la République.

Nous vous communiquons par ailleurs les décisions suivantes que nous avons prises dès ce jour :
- Le Bureau Confédéral du lundi 23 mars est reporté à une date ultérieure ;
- Le concours MAF 2020 (5 et 6 avril) est définitivement reporté à une date ultérieure.


L'ensemble du calendrier confédéral sera mis à jour progressivement en fonction de l'évolution de la situation.

Enfin, nous vous communiquons une synthèse d'informations que nous avons pu recueillir en matière de soutien économique et financier aux entreprises.
Nous vous engageons néanmoins à vous rapprocher de vos cabinets d'expertise comptable pour vous accompagner dans ces démarches qui portent particulièrement sur :

Report des échéances fiscales

Pour les entreprises, il vous est possible de demander au service des impôts des entreprises le report sans pénalité du règlement de leurs prochaines échéances d'impôts directs, y compris celle du 5 avril (acompte d'impôt sur les sociétés, taxe sur les salaires etc.).

Si vous avez déjà réglé vos échéances de mars, vous avez également la possibilité d'en demander le remboursement auprès de votre service des impôts des entreprises, une fois le prélèvement effectif.
Le délai de déclaration de TVA de ce mois sera allongé et les modalités seront simplifiées.
Le ministre a annoncé ce matin, l'arrêt des contrôles fiscaux en cours pour mettre le personnel de l'administration en appui aux entreprises.

Pour les travailleurs indépendants, il vous est possible de moduler à tout moment le taux du prélèvement à la source.
Il vous est aussi possible de reporter le paiement de vos acomptes de prélèvement à la source sur vos revenus professionnels d'un mois sur l'autre jusqu'à trois fois si vos acomptes sont mensuels, ou d'un trimestre sur l'autre si vos acomptes sont trimestriels.

Toutes ces démarches sont accessibles via votre espace particulier sur « impots.gouv.fr », rubrique « Gérer mon prélèvement à la source » : toute intervention avant le 22 du mois sera prise en compte pour le mois suivant.

Pour les contrats de mensualisation pour le paiement du CFE ou de la taxe foncière, il vous est possible de le suspendre sur « impots.gouv.fr » ou en contactant le Centre prélèvement service : le montant restant sera prélevé au solde, sans pénalité.

Report des échéances sociales

Le ministre a annoncé ce matin qu'il n'y aura pas de prélèvement des échéances sociales au 20 mars pour le travailleur non salarié (TNS).

Les demandes d'échelonnement des charges sociales se font auprès du centre URSSAF. Il vous est possible de contacter le 3957 puis de composer le choix 3
« effectuer une demande de délai, de remise ou de remboursement »

NB : cet échelonnement est envisageable pour les échéances déjà échues et non sur les recouvrements à venir.

Activité partielle

Dans la mesure où vous seriez contraints de réduire l'activité de vos salariés, il vous sera possible de faire une demande d'indemnisation auprès du service ouvert à cet effet :
- www.activitepartielle.emploi.gouv.fr/
La ministre a annoncé ce matin, le remboursement intégral à l'entreprise des salaires à hauteur d'un plafond de 4,5 fois le smic.
Compte tenu de la situation actuelle du site, un délai de 30 jours est octroyé aux employeurs pour déclarer leur activité partielle avec un effet rétroactif (décret à paraître).

Diverses mesures d'accompagnement économique

Le ministre a annoncé ce matin, que l'Etat garantira les prêts des banques afin qu'il n'y ait « aucun problème d'accès au crédit pour aucune entreprise sur le territoire».
Il a annoncé également :
- La création d'un Fonds de solidarité (pour les entreprises dont le chiffre d'affaires est inférieur à 1 M €) destiné à ceux dont l'activité cesse pour des raisons sanitaires ou dont la baisse du chiffre d'affaires est d'au moins 70%.
Un montant forfaitaire de 1 500 € pourrait être débloqué immédiatement puis le solde selon un dispositif qui sera étudié au cas par cas selon des modalités à paraitre.
- Les bailleurs des centres commerciaux devraient annoncer demain la possibilité de reporter le paiement des loyers.
- Les marchés de plein air devraient pouvoir rester ouverts si la sécurité sanitaire est assurée.
- Le confinement ne signifie pas l'arrêt économique du pays.

Dans l'attente de vous communiquer dès demain de plus amples informations, prenant en compte les nouvelles dispositions qui seront communiquées en fin de journée,

Bien confraternellement,

Grande finale du concours

GRANDE FINALE DU CONCOURS

La Confédération française de la boucherie était partenaire de la 2ème édition du Concours national des Meilleurs artisans de France, organisé par RMC et Worldskills France ! Cet événement, porté par le duo d'animateurs Eric Brunet/Lauren Neumann, a mis à l'honneur nos artisans français et leur...

La Confédération française de la boucherie était partenaire de la 2ème édition du Concours national des Meilleurs artisans de France, organisé par RMC et Worldskills France !
Cet événement, porté par le duo d'animateurs Eric Brunet/Lauren Neumann, a mis à l'honneur nos artisans français et leur savoir-faire unique !
Pour cette nouvelle édition, sept catégories de métiers ont été représentées, dont la boucherie artisanale ! C'est l'artisan boucher de Quimper, Stéphane Millour, qui a remporté le titre de Meilleur artisan de France.

Les rencontres MADE in VIANDE chez mon artisan boucher !

LES RENCONTRES MADE IN VIANDE CHEZ MON ARTISAN BOUCHER !

Il y a tant à découvrir chez mon boucher ! Cette année la 6ème édition des rencontres MADE in VIANDE se tiendra dans toute la France du mercredi 13 mai au mercredi 20 mai 2020. Plusieurs centaines d'artisans bouchers, charcutiers et tripiers se mettent aux couleurs de l'événement national organisé par...

Il y a tant à découvrir chez mon boucher !

Cette année la 6ème édition des rencontres MADE in VIANDE se tiendra dans toute la France du mercredi 13 mai au mercredi 20 mai 2020.

Plusieurs centaines d'artisans bouchers, charcutiers et tripiers se mettent aux couleurs de l'événement national organisé par les professionnels de la filière élevage et viande. Objectifs : transmettre leur passion au grand public, faire connaître leur métier et répondre aux questions des citoyens en toute transparence.

Un air de Rencontres !
Cet événement est pour les participants l'occasion de prendre le temps de dialoguer, de présenter leur métier tel qu'il est. Chacun s'emploie durant ces «Rencontres MADE in VIANDE » à faire découvrir ses savoir-faire, à transmettre sa passion pour les viandes de qualité. Dans cette perspective, ils ouvrent grand les portes de leur établissement, donnent notamment accès à leur atelier de découpe, laboratoire et chambre froide, des endroits où l'on a rarement l'habitude de pénétrer. Ils montrent leurs activités, de l'approvisionnement au conseil des clients en passant par l'achat, la découpe… Toutes les facettes d'un métier passionnant que l'on n'imagine pas !

Résultats du concours national de boucherie inter-régions

RÉSULTATS DU CONCOURS NATIONAL DE BOUCHERIE INTER-RÉGIONS

Les Hauts-de-France, l'Ile-de-France et le Centre-Val-de-Loire, sur le podium ! L'Occitanie et la Bretagne en 4ème et 5ème position. Lundi 24 février, s'est tenue la 2ème édition du concours national de boucherie-étal inter-régions au Salon international de l'agriculture, organisé par la Confédération...

Les Hauts-de-France, l'Ile-de-France et le Centre-Val-de-Loire, sur le podium !
L'Occitanie et la Bretagne en 4ème et 5ème position.

Lundi 24 février, s'est tenue la 2ème édition du concours national de boucherie-étal inter-régions au Salon international de l'agriculture, organisé par la Confédération Française de la Boucherie, Boucherie-Charcuterie, Traiteurs (CFBCT).

13 régions se sont affrontées pour tenter de remporter le prestigieux titre.

Chaque équipe était composée d'un boucher, d'une bouchère et d'un(e) apprenti(e).
Les 39 participants disposaient de quatre heures pour désosser, découper, parer, ficeler, décorer des pièces d'agneau, de veau, de bœuf et de porc, autour du thème :
« le patrimoine culturel de ma région ».

C'est devant une foule nombreuse et sous l'œil d'un jury de haut niveau présidé par le Meilleur Ouvrier de France Eric Lebœuf, que les 13 équipes ont concouru.

Au bout du suspense c'est l'équipe des Hauts-de-France qui a décroché la 1ère place, en présence du président de la région Xavier Bertrand.

Le Carnaval des artisans boucher : une 2ème édition super-héroïque

LE CARNAVAL DES ARTISANS BOUCHER : UNE 2ÈME ÉDITION SUPER-HÉROÏQUE

Cette année, et pour la 2ème édition, les artisans bouchers prennent part au Carnaval des artisans bouchers, qui se tient jusqu'au 11 mars dans un millier de points de vente à travers la France ! Prêts à voter pour les meilleures photos ? Dans le cadre du concours photo « Mon artisan boucher, ce héros »,...

Cette année, et pour la 2ème édition, les artisans bouchers prennent part au Carnaval des artisans bouchers, qui se tient jusqu'au 11 mars dans un millier de points de vente à travers la France !

Prêts à voter pour les meilleures photos ?
Dans le cadre du concours photo « Mon artisan boucher, ce héros », les enfants ont eu le plaisir de poser masqué aux côtés de leur boucher préféré !
Il est désormais temps de voter pour votre photo préféré !

Rendez-vous vite sur la page « Les bouchers, bouchers-charcutiers de France » pour voter !

Les 10 photos qui obtiendront le plus de réactions (mentions j'aime, j'adore...) avant le 11 mars à midi, permettront à leurs auteurs d'être désignés finalistes !

Les meilleurs apprentis de France pour la première fois à La Sorbonne

LES MEILLEURS APPRENTIS DE FRANCE POUR LA PREMIÈRE FOIS À LA SORBONNE

Trois apprentis bouchers (Manon Maignol, Lauranne Lemonnier et Tristan Raitière) ont été récompensés à la cérémonie de remise des médailles des Meilleurs Apprentis de France à La Sorbonne. La Boucherie, qui forme chaque année plus de 10 000 apprentis, à l'honneur en présence de Bruno Le Maire, ministre...

Trois apprentis bouchers (Manon Maignol, Lauranne Lemonnier et Tristan Raitière) ont été récompensés à la cérémonie de remise des médailles des Meilleurs Apprentis de France à La Sorbonne.
La Boucherie, qui forme chaque année plus de 10 000 apprentis, à l'honneur en présence de Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et Muriel Pénicaud, ministre du Travail.
La Confédération Française de la Boucherie représentée par Jean-Raymond Dumas et l' École Nationale Supérieure des Métiers de la Viande par David Campagne et François Mulette.
Un très grand merci à Jean-François Girardin, président de la Société nationale des Meilleurs Ouvriers de France pour son invitation.

L'apprentissage une voie d'excellence !